www.veillemag.com
Acteurs

Bienvenue dans l’ère de la taxonomie de l’information


Jacqueline Sala


Source : Mohamed Diagana, Hope Finance

01-01-2009 - © Copyright Les Afriques



A l’heure où la veille et l’intelligence économique deviennent un enjeu concurrentiel de premier plan, les banques repensent à leurs systèmes de diffusion et de classification des informations.

Le groupe Natixis a été, récemment, la première banque francophone à essayer d’optimiser la gestion de ses flux informationnels pour formaliser un modèle de classification de ses informations. Il s’agissait de dépasser le modèle empirique du « confidentiel ou non » pour garantir un système de diffusion créateur de valeur et garantissant une traçabilité au sein de l’entreprise. C’est ce qu’on appelle la « taxonomie de l’information », ou, exprimée en langage courant, le fait de « sécuriser l’information de manière simple et efficace tout en garantissant le partage de celle-ci », source de valeur pour l’entreprise.

Gestion « comptable » de l’information

L’enjeu, c’est de garantir une taxonomie (ou taxinomie) de l’information qui soit à la fois systématique et sécuritaire pour toute information sensible. Une gageure, compte tenu des spécificités du partage de l’information en milieu bancaire (secret bancaire, muraille de Chine, délit d’initié) et du contexte postfusion qui prévalait au moment de la mission chez le groupe Natixis.

L’on se trouvait d’emblée confronter à la définition de l’information (un actif qui fait l’objet d’une gestion de stock) et qu’on peut classer en fonction de plusieurs critères, dont la sensibilité et la confidentialité. Cette gestion comptable de l’information conduit à un plan comptable dissociant les informations classées et les informations classifiées. L’idée est à la fois de garantir la pertinence de l’information et la pertinence de la classification. Sachant que de la pertinence de la classification dépendra la pertinence de l’information, et donc la valeur de celle-ci.

Lire l'article