www.veillemag.com
Communication & Influence

Decid RH « La bataille de l’Attention », saison 1: les interviews


David Commarmond




Pouvez-vous nous présenter l'événement que vous organisez ?

Christophe Leparq : Eh bien cette saison « La bataille de l’attention », est une série de 10 webinaires / séminaires, étalée sur un an, à raison d’un séminaire / "épisode" par mois, en public mais aussi en ligne, covid oblige. Ces 10 épisodes auront différents formats : "Grand Témoin", "Tables rondes" et "Expert". Les tables rondes comporteront 3-4 expert(e)s, les épisodes Expert & Grand Témoin, 1 expert unique.
 
L’idée est d’installer au fil des épisodes un rythme, une continuité, qui permettent tout au long de l’année aux participants et aux intervenants de tisser des liens privilégiés et d'approfondir des réflexions. Le premier épisode, « Economie ou guerre de l’attention ? » se déroulera le 29 septembre.


Pourquoi une "saison" pour parler de cette "Bataille" ?

Christophe Leparq : D’un point de vue purement pratique, l’emprunt du mot « saison », au vocabulaire des séries, illustre justement ce côté feuilletonnant, cette volonté de rythmer et articuler les interventions, mais aussi donner envie aux participants de voir l’ensemble des épisodes, de connaître la suite… et pourquoi pas de sentir qu’ils font partie d’une petite communauté de spectateurs ! Nous espérons également de la viralité de la part de nos publics au fur et à mesure que nous avancerons dans la saison. Si le succès est au rendez-vous…nous nous attacherons à une saison 2.
 

Thibault Renard : C’est aussi un clin d’œil à Netflix. On en parle moins car l’on se focalise sur les GAFAM, mais Netflix est aussi l’un des acteurs majeur de la « captologie ». Si de plus en plus de séries télé ressemblent à un film étalé sur 10 heures, avec un suspens insoutenable à la fin de chaque épisode, c’est pour partie à cause de Netflix. Mais l’intention derrière n’est pas qu’artistique : il s’agit de capter votre attention pour vous maintenir le plus longtemps possible devant votre écran, et ce n’est pas pour rien que sur la plateforme l’épisode suivant démarre si vous ne faites rien… Vous êtes ainsi incité à regarder toute la série d’une traite, on appelle cela le « binge-watching ». De la même manière que vous pouvez « scroller » l’écran de votre smartphone sans jamais en voir la fin, vous pouvez rester indéfiniment sur Netflix. Les séries télévisées ont évidemment de tout temps du capter l’attention pour faire de l’audience et survivre, mais ont été malgré tout profondément impactées par cette bataille de l’attention aujourd’hui à l’œuvre. C’était amusant d’en reprendre les codes.


Pourquoi et comment ce nouveau format, qui succède aux colloques « IE & RH » ?

Christophe Leparq : Effectivement cette saison étalée sur un an succède à une décennie de colloques dédiés à la rencontre de l'Intelligence Economique et des Ressources Humaines. Le Club decidRH a commencé l’aventure des colloques « IE & RH » en 2010, avec pour objectif de faire découvrir, à l’occasion d’une journée, l’IE et ses enjeux aux RH. Nous avons été pionniers sur ce sujet, et jusqu’en 2019, les deux communautés se sont rencontrées à 6 reprises.
 
En 2020, à l’occasion des 10 ans nous avons estimé qu’il était temps de se renouveler. Les incertitudes liées au covid rendaient aussi problématique l’organisation d’un grand évènement d’une journée en présentiel... l’envie d’expérimenter un nouveau format est venu naturellement. Nous avons également voulu élargir la communauté. 
 
"IE & RH" cède donc la place à l'approche "IC & RH" à savoir la mobilisation des communautés liées à l'Intelligence Collective et aux Ressources Humaines.

Pourquoi Avez-vous choisi ce thème ?

Thibault Renard : Parce que l’attention est désormais une ressource tellement rare que la bataille se déroule sous nos yeux. Ce n’est plus seulement une problématique de « temps de cerveau disponible » ou de persuasion, cette bataille envahit physiquement l’espace et le temps. En classe, dans la rue, en réunion, au restaurant, avec ses enfants… à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, nous sommes sollicités par nos appareils. Et la nature même de l’information qui circule est modifiée, avec l’avènement des fake news et de la « post vérité ». Enfin cette bataille modifie en profondeur nos pratiques professionnelles. Prenons l’exemple du syndrome FOMO, la « peur de passer à côté de quelque chose », qui est une des caractéristiques de la captologie. De plus en plus de dirigeants en sont atteints. Cela les pousse à délaisser les analyses poussées qu’ils n’ont plus le temps de lire, pour un flux d’informations appauvri en continu qui les rassure. Or si une discipline dédiée à l’aide à la décision comme l’IE par exemple ne parvient plus à capter l’attention du décideur, à terme, elle est morte. C’est aussi simple que cela.
 

Christophe Leparq : Dans une guerre économique, le rôle des dirigeants, dont les DRH est primordial ! Ils doivent savoir capter l’attention des candidats afin de pouvoir les recruter et ensuite ils doivent continuer à capter leur attention et leur envie de bien travailler. Et je peux vous assurer que cette captologie RH est beaucoup plus compliquée qu’il y a quelques années : l’enjeu est donc réel ; le sujet fascinant !


Qui sont les principaux invités ?

Christophe Leparq : Nous n’avons pas voulu nous laisser enfermer dans le débat sur l’usage des écrans, les questions d’éducation ou encore d’addiction, même si elles sont importantes seront abordées. Nous ne sommes pas là pour dire que les gens rivés sur leur écran sont des imbéciles. Dans un 1er temps, nous allons bien sûr chercher à comprendre comment fonctionne la « captologie » et ses impacts, mais nous pensons que cette bataille de l’attention est en réalité beaucoup plus vaste.   
 
C’est pourquoi, pour poser les bases d’une « reconquête de l’attention », nous allons mobiliser dirigeants, RH, communicants, professionnels de l’IE, chercheurs, vulgarisateurs en esprit critique, fact-checkeurs, chasseurs de têtes… Par ailleurs, un « fil rouge » sera la venue d'un(e) Youtuber/Youtubeuse lors de chaque table ronde en plus des autres intervenants, car ils symbolisent parfaitement à leur niveau cette nécessité de capter l’attention.


Quel lien entre la bataille de l’attention et l’IE ?

Thibault Renard : C’est un lien naturel, presque organique. Comme je l’ai déjà dit, les professionnels de l’IE doivent reconquérir l’attention du décideur, ce qui n’est pas une mince affaire car la concurrence est rude ! Du côté des pratiques, ce lien est à tous les niveaux. Si vous raisonnez en termes d’influence, il s’agit évidemment de capter l’attention de votre cible pour modifier son comportement. Si vous cherchez de l’information, alors il faut bien avoir conscience que votre propre attention peut être biaisée ou manipulée, ce qui vous empêchera de bien chercher et bien analyser. Vous devez aussi optimiser votre diffusion, par exemple en introduisant du design dans vos livrables... Dans le domaine de la sécurité, vous pouvez vous retrouvez dans une situation de communication de crise où vous êtes au centre de l’attention sans l’avoir voulu, ou encore être victime d’une tentative de déstabilisation. Et du point de vue de votre adversaire, à quoi bon se fatiguer à faire des désinformations ou des manipulations élaborées, si de toute façon il a fait en sorte que sa victime ne bénéficie d’aucune attention pour se défendre ? La partie est gagnée pour lui de toute façon. 
 
Christophe Leparq : C’est pourquoi nous avons sollicité Christian Harbulot. En tant que l’un des fondateurs de l’IE en France, il nous permettra de faire le lien avec les 10 ans de colloques IE & RH. Mais surtout l’intelligence économique n’a pas attendu les GAFA et la captologie pour s’emparer de ce sujet. C’est quasiment depuis sa création qu’elle travaille sur les concepts de guerre de l’information, d’encerclement cognitifs… l’attention y joue évidemment un rôle crucial. L’IE n’est pas à la traîne, elle a au contraire beaucoup à nous apporter sur ces questions. C’est pourquoi nous sommes ravis que Christian Harbulot ait accepté d’être le Grand Témoin qui, à l’occasion de l’épisode 1 le 29 septembre, lancera cette saison.

« La bataille de l’Attention », saison 1 sera-t-elle suivie par une saison 2 ?

Christophe Leparq : Au niveau de la thématique en elle-même, nous nous sommes rendu compte en élaborant le programme que le sujet de la bataille de l’attention était si vaste que 10 séminaires ne suffisaient pas, donc en termes de contenus il y a de quoi faire au moins 2 saisons. Après cela dépendra du succès ou non de ce format. Et comme pour toute saison, de la qualité de son épisode Final !