www.veillemag.com
Communication & Influence

Fake News et mésinformation : l'interview de Mounir Rochdi


David Commarmond


Mounir ROCHDI, Expert International en Compétitive Intelligence & en Innovation, CENTRE DU COMMERCE INTERNATIONAL (ORGANISATION CONJOINTE DE L'OMC ET DES NATIONS UNIES – Genève). Aider les entreprises PME qui souhaitent travailler à l’exportation dans des pays en situation de développement. Les fakes news sont particulièrement désastreuses dans le monde de l’entreprise, surtout quand les entreprises sont fragiles et qu’elles sont dépendantes de l’information et de la confiance qui en émane. Trois 3 approches / biais cognitifs sont de vrais pièges.



1- L’Illusion de profondeur explicative (The Illusion of Explanatory Depth ).

C'est l'idée forte que nous pensons en fait que nous en savons beaucoup plus sur les choses et que nous pouvons facilement les expliquer. Mais la réalité est que nous ne saurons pas expliquer en profondeur ce que nous pensons maîtriser. Sauf ce qui est du domaine de notre propre activité bien sûr.
 
Par exemple, tous le monde a déjà vu, et utiliser un réfrigérateur, on connaît les réfrigérateurs et beaucoup pourraient se lancer dans une explication profonde sur les principes de son fonctionnement. Mais en fait, on ne se rend compte de la complexité que si on est un ingénieur dans ce domaine, ou en tout cas un homme de l’art. Sans quoi, nous arrivons rapidement à épuiser notre connaissance "réduite" autour du « réfrigérateur ».

2- Le reporting circulaire ou Circular reporting, la False confirmation1 ou citogenèse (Citogenesis)

C'est une situation qui apparaît quand on cherche plusieurs sources d’informations, que l’on souhaite vérifier, qui semble provenir de plusieurs sources indépendantes, mais ne provient en réalité que d'un seul émetteur.
 
 Pour l’auteur d’une information orientée, l'idée est de créer une information, de s'arranger pour qu'un autre support d'information, qui se veut légitime, d’autorité et réputé, voire un journaliste qui la reprend sous son nom. Une fois cette première étape accomplie, le véritable auteur s’efface alors devant cette source, et la reprend comme source originale pour profiter de la crédibilité et de la légitimité de cette dernière. La vraie source originale s’éclipse ainsi ou est même supprimée pour ne plus garder de traces.

 3- les biais de Confirmation

 Une première expérience publiée par le journal Neuron (Article) et menée par l'Université College London et l'Université de Californie a démontré que le cerveau sécrète de la Dopamine lorsqu’une information publiée vraie ou fausse vient nous conforter dans notre croyance.
 
Une seconde expérience menée par de chercheurs de l’Université de Winnipeg et de l’Université de l’Illinois (Article ) dans laquelle des participants pouvaient gagner de l’argent s’ils acceptaient de lire des points de vue opposés aux leurs. La majorité des gens préféraient refuser l’argent plutôt que de lire des opinions contraires.
 
Nous aimons confirmer tout ce que nous croyons déjà ou voulons croire. Tout ce qui contredirait notre croyance pourrait être considéré même comme une menace.

Exemple: Les ondes des antennes relais

Les ondes des antennes relais on fait, font et feront l'objet de questions autour de leur prétendue dangerosité liées aux ondes. Pour ceux qui croient fort à leur dangerosité, l'apparition des électrosensibles, les associations spécialisées, les maladies, les expériences menées, etc. ne feront que confirmer leur croyance que les antennes relais sont dangereuses pour la santé. On va ainsi profiter de cette croyance (justifiée ou non) pour ajouter une autre information telle que la COvid-19 et la 5G.
 
Lorsque l'on annonce à ces personnes que la 5G favoriserait la propagation de la COvid-19, leur sens critique sera comme inhibé, car cette infirmation ne fera que les réconforter dans leur croyance de la dangerosité des antennes relais. 
 
Dans cet exemple, 4 biais cognitifs sont utilisés pour favoriser l'idée de la 5G et de la COvid-19 :
  • le principal biais est celui de la conformation
  • le biais de causalité : le cerveau trouvera un effet de cause à effet entre ondes des antennes et Covid-19
  • le biais de confiance : les personnes font confiance à la source, car elles confortent leur croyance
  • le biais du manque de temps : les personnes n'ont pas le temps de se documenter et chercher ailleurs des informations ou des expériences valides qui pourraient mettre en doute leur croyance.
 
Les fake news, la désinformation, les infos truquées ou falsifiées, il y en a eu hier, il y en a aujourd’hui et il y en aura demain. Ce qu’il faut comprendre, c'est leur source, leur objectif et leur impact pour mieux les contrer.


http://www.i-expo.net/info_event/225/l%E2%80%99enjeu-de-la-confiance--comment-garantir-la-fiabilite-et-la-confiance-dans-l%E2%80%99information-a-l%E2%80%99heure-des-fake-news-des-biais-cognitifs-et-de-la-desinformation-.html