veillemag

L'expérience Client au service de la performance globale des organisations







Innovation et Connaissances

IEXPO-Documation : Interview de Véronique Mesguish et Anne Marie-Libmann


David Commarmond




Comment avez-vous vécu le salon Documation/I-expo ?

V.M : Les 25 ans de Documation sont l'occasion de constater la permanence des enjeux classiques autour du document et de nouvelles problématiques autour de la donnée et des fake news.
 
A.M.L : On ne peut que se réjouir que ce salon, qui existe depuis très longtemps, se renouvelle d'année en année en décloisonnant les activités documentaires classiques et en élargissant à des problématiques voisines, comme celles de la RH à travers les pratiques collaboratives ou le digital workplace…

L'année 2018 a été l'année des fake news, ce thème sera-t-il récurrent pour 2019 ?

 VM : Au-delà des fakes news, de nouveaux dangers apparaissent comme la fabrication des fausses vidéos (deep fake). L'IA permet toutes sortes de manipulations, mais peut aussi constituer un remède à ce fléau. Mais la difficulté reste à déterminer ce qu'est une fake news à l'heure où certains responsables politiques présentent leur vision des choses comme une vérité absolue. C'est d'autant plus difficile que chacun des grands acteurs du numérique adopte une stratégie différente pour se conformer aux lois anti-fake news.


 


L'attention portée aux fake news peut-elle créer des angles morts ?

VM : Il peut avoir des effets pervers à la lutte anti-fake news. Par exemple l'attitude récente de Twitter qui voulait interdire une campagne du gouvernement incitant à voter aux élections Européennes.
AML : les préoccupations sur les fake news portent beaucoup sur la sphère grand public. On ne parle pas beaucoup de l'entreprise. Il y a certainement un champ à explorer ici pour mesurer l'impact des fakes news sur le système d'information des entreprises, ainsi que sur leur réputation.















Spécial Abonnés

Partager ce site