www.veillemag.com
www.veillemag.com





veillemag

VEILLE • Le magazine des professionnels de l'information stratégique





Communication & Influence

Intelligence des réseaux: influence, performance, gouvernance. Influence-Day


SKEMA BUSINESS SCHOOL




L'accès à la connaissance objective, impartiale des environnements complexes exige la mise en convergence de savoir-faire, de métiers, de cultures et de réseaux complémentaires et pertinents. Nous inviterons plusieurs spécialistes à illustrer une "intelligence collective" qui ne s'improvise pas. Tout au contraire, elle s'organise, pour être efficace, en amont des actions projets. La coordination des expertises mobilisées devient alors stratégique.
Invités : Jean-Claude Javillier, Président IE-IHEDN Jean-Michel Icard, Avocat, Cercle K2 Francine Ruellan, Responsable Éthique et Conformité , Groupe Française des Jeux .

 

D'abord et avant tout : la performance !

La première notion mise en lumière, lors de l’ouverture de cette session, c’est la performance, facteur essentiel qui a manqué ces dernières années à un pays comme la France. Ceci s’expliquerait par une méconnaissance de la performance. Le pays ne manque pourtant pas d’actif de pointe mais il semblerait que la notion de performance reste lacunaire au sein du tissu entrepreneurial français.
Afin d’améliorer la situation, on rappelle le besoin d’adaptation à fournir par les entreprises mais aussi le dynamisme et les synergies obtenues grâce au regroupement d’entreprise et notamment le fait qu’ainsi les dissensions interne, fréquentes en France, seraient réduites.

Enfin, un appel à une bonne gouvernance est lancé.

Cette dernière est définie comme s’inscrivant dans des méta valeurs, dont l’éthique fait partie.
Ainsi l’on obtient les éléments qui serviront de guide à la philosophie entrepreneuriale suivie par les comités de direction et les conseils d’administration.  
Le scandale qui a récemment frappé Volkswagen montre les conséquences d’une mauvaise gestion de la performance : l’on constate que la marque a abîmé sa réputation et s’est fortement déstabilisée sur le plan international. On peut ici constater l’interconnection entre différents éléments pouvant paraître indépendants.
 

A armes légales : renégocier les équilibres normatifs

Ici l’un des premiers défis posé par ce réseau est qu’il met fin à la dualité hard/low en terme de droit et de norme internationale concernant le soft power. Or les Etats-Unis utilise un droit extraterritorial très dur (BNP Paribas, Deutsche Bank) tandis que la France dispose de loi souvent ineffective.
De plus, le droit américain, suivant le système juridique du common law, est approché dans une démarche offensive alors que le droit français, étant un droit de tradition civiliste, repose sur des leviers bien plus défensifs. Il est alors nécessaire, dans une logique de réseau, de mettre au même niveau d’efficacité la loi française pour que celle-ci puisse répondre à sa voisine américaine.
Enfin, la sphère légale, et plus précisément la sphère normative, doit se voir appropriée par les principaux intéressés, à savoir, les contribuables et plus spécifiquement les entrepreneurs afin que ces derniers puissent évoluer dans un environnement plus familier. 

Transparence, anti-corruption, modernisation de la vie économique

Le rapport de force inéquitable existant entre le droit anglo-saxon et le droit français a été abordé récemment par le gouvernement français lors de l’écriture de la loi Sapin 2 qui vise notamment à rattraper les lacunes françaises en terme normatif par rapport aux USA et au R-U.
Cette loi concerne la transparence, la lutte contre la corruption ainsi que la modernisation de la vie économique. La loi n’impose cependant pas la transparence comme un dogme mais va établir des mesures comme la création d’un registre des lobbyistes ou la mise en place d’un reporting, c’est à dire la déclarations d’impôts des grandes entreprises pays par pays afin de lutter contre l’évasion fiscale, pour renforcer la crédibilité de la France sur la scène internationale.
Les plans de prévention de la corruption au sein des entreprises devraient permettre l’apparition de tribunaux en mesure de placer une entreprise sous tutelle afin de l’accompagner dans sa remise à niveau. Toutes ces mesures sont ajoutées à la fois pour rehausser le niveau de la loi française mais également car il existe aujourd’hui un doute mondial sur l’existence de l’état de droit en France.      

Les auteurs : Peupedje MENDY, Hugo VALOISE et Hugo TAYAKOUT.