veillemag

Le rendez-vous des professionnels de l'information stratégique







Acteurs

L'Education en Chine, un défi pour l'Empire du Milieu


David Commarmond


Le mercredi 4 novembre 2015 à 18h30 au restaurant Faust, Pont Alexandre III Paris 7ème eut lieu la Conférence de l'année 2015 organisée par le Club Chine EMLYON FOREVER. L’ouverture de la soirée était faite par M. Jean-Pierre DOOR.

La Soirée fut placée sous le haut patronage de son Excellence ZHAI Jun, Ambassadeur de la République de Chine en France, en partenariat avec l’Association Beijing Foreign Studies University France.



Revenant sur l'ancienneté des liens qui unissent la France à la Chine, Jean-Pierre DOOR député-maire de Montargis, fut le premier intervenant de la soirée. Dès 1920  et jusqu'à  1924, à l’initiative de Li Shizeng, une centaine d’étudiants et d’ouvriers chinois étaient venus travailler à Montargis, à l’usine de caoutchouc Hutchinson.  Avec parmi eux  Deng Xiaoping.  Qui pour la petite histoire se distinguait des autres ouvriers par son indiscipline, mais aussi Zhou Enlai et d’autres futurs leaders de la révolution communiste chinoise.
 

A l’initiative de grands dirigeants, l’usine Hutchinson a été reconstituée et cette reconstitution inaugurée par Mme la vice-premier-ministre de Chine, LIU Yandong. L’histoire industrielle commune entre la région de Montargis et la Chine se poursuit de nos jours, par la présence en Chine de Redex, Cegedim ou Sanofi, implantées également en Gâtinais.
 

Marianne BASTID-BRUGUIERE, membre de l’Institut, directeur de recherche émérite au CNRS et auteur, prit ensuite la parole  et rappela le rôle central de l'éducation dans la culture chinoise. Et ce depuis  le 2ème siècle avant JC, afin de fournir des employés qualifiés à l’administration de l'état,  par l’intermédiaire de concours mandarinaux. Ceux-ci, comme aujour'hui étaient très sélectifs. Et prêt d'un million de candidats se pressaient pour obtenir un des 40 000 postes  dans l'administration. En 2000 ans, peu de choses ont donc changé. Sans refaire l'historique, depuis dix ans l'Education en chine continue de se réformer.
 

En 2006, le gouvernement s’est engagé à nouveau à allouer 4% du PIB à l’éducation d’ici 2015 (pour 3,5% alors). La gratuité pour le cycle obligatoire a été instaurée. Cet objectif est atteint aujourd’hui, malgré une baisse de 2013 à 2014, avec 4,15% du PIB et 14,87% du budget de l’Etat. Ces chiffres sont néanmoins à prendre avec réserve, beaucoup de dépenses militaires étant masquées dans le budget.
 

L’enseignement primaire touche à ce jour plus de 94 millions d’élèves, ce qui représente plus de 99% de la classe d’âge, les filles étant à peine moins scolarisées que les garçons. Il compte 8 millions d’instituteurs.
 

L’enseignement secondaire compte 2 cycles de 3 ans chacun. Le premier cycle, qui achève l’enseignement obligatoire, concerne plus de 66 millions d’élèves. Le taux d’achèvement de l’enseignement obligatoire de 9 ans était de 92,6% en 2014. Le second cycle, équivalent au lycée, compte 24 millions d’élèves en filière générale et 1,66 millions de professeurs, et 14 millions en filière professionnelle. Le taux d’entrée en second cycle est supérieur à 86% d’une tranche d’âge, et le taux de réussite atteint 70 à 80%.
 

L’enseignement supérieur comprend des cursus longs de 4 à 7 ans (physique, médecine…) et des cursus courts spécialisés de 2 ou 3 ans, qui ne permettent pas de postuler à la poursuite d’études longues, master ou doctorat, ni à une bourse du gouvernement pour étudier à l’étranger. L’accès aux études supérieures, le gaokao, est régi par un concours très sélectif, bien que récemment assoupli. Seuls, 37,5% de la classe d’âge 2014 ont été admis en enseignement supérieur (6,6 millions d’étudiants, dont plus de la moitié en cursus court). Cette population a néanmoins doublé en 10 ans et a été multipliée par 20 en 30 ans. La qualité de l’enseignement des universités chinoises est en progrès sous l’effet de la concurrence qu’elles se livrent, du développement des laboratoires de recherches adossés à ces universités et des échanges internationaux.
 

Un vaste dispositif d’enseignement pour adultes (70 millions d’élèves) complète ce dispositif universitaire, avec des formations courtes et ciblées. L’enseignement pour handicapés apparaît : 2 000 écoles et près de 400 000 enfants.
 

Tout n'est encore pas parfait, le système du Hukou, selon lequel l’enfant est rattaché au domicile de sa mère, pénalise les 33 millions d’enfants des 250 millions de travailleurs migrants, officiellement toujours domiciliés en zone rurale.
 

20 millions sont laissés en leur lieu d’origine, sans assistance autre que celle de leurs grands-parents, lorsque ceux-ci sont vivants. Les 13 autres millions doivent payer pour leurs études en ville, soit dans des écoles publiques médiocres, soit dans des écoles créées par des associations. Le décrochage scolaire, accompagné de ses conséquences en termes d’illettrisme, de violence, voire de toxicomanie en est une manifestation fréquente.
 

Youzhong FANG, chargé des échanges éducatifs bilatéraux à l’ambassade de Chine en France, présenta sur un aspect de l'éducation et de la formation. «  les échanges au niveau universitaire entre la Chine et la France ». Ces échanges sont réguliers, entretenus, par des rencontres de haut niveau, entre Le Président Français et M. Xi, soulignant ainsi un partenariat étroit et solide.
 

A côté de ces dispositifs centralisés, des échanges locaux se sont mis en place, comme la coopération entre l’Académie de Paris et la Commission Educative de Pékin, ou l’Université de Rennes et la Commission de la province du Shandong. Les écoles d’ingénieurs ne sont pas en reste avec des coopérations « 9+9 » mise en place entre Paris Tech et les meilleures universités équivalentes en Chine, ou un dispositif similaire, nommé « 4+4 » pour les Ecoles Centrales.
 

Tugrul ATAMER, Directeur Général Adjoint de l’EM-Lyon, M. ATAMER est une personnalité attachée à plusieurs cultures. Natif d’Istanbul, marié à une française et basé à Lyon, il passe de plus en plus de temps dans l'empire du Milieu.
 

 


La mission des écoles : former la génération qui inventera le scénario du monde de 2050. Cette génération sera en effet confrontée à la plus grande révolution depuis la révolution industrielle et de nombreux défis seront à mener dans différents secteurs.
 

Ce combat n'est pas nouveau, il a commencé dans les années 70. En faisant sortir, les pays émergents de la grande pauvreté. En l’espace de 30 ans, un à deux milliards d’individus sont en effet sortis de la pauvreté la plus sordide et ont accedé à une relative aisance de « classe moyenne »,  comparabe à celle qui n’existait qu’en Occident. Nous avons fait un pas. Positif pour l'humanité, mais en touchant à l'environnement, voir en le sacrifiant. Par conséquent, les modèles qui permettront d’évoluer sans détruire la planète restent à inventer, et ce sera le rôle de la génération que nous formons aujourd’hui.
 

Pour résumer : Tugrul ATAMER mentionna les projets d’EM-Lyon sur d'autres continents, (Casablanca, USA, Inde-Afrique), qui en feront une école d’envergure mondiale, polycentrique, et qui visent à former 50 % des étudiants hors de France.
 

Madame GAO en tant que présidente du Festival du Cinéma Chinois de Paris présente toute  la richesse de la programmation de ce festival, qui marque le 110ème anniversaire du cinéma chinois.
 

Aider les familles à assurer l'éducation des enfants est essentiel. Madame LI, présidente d’honneur de l'association « Banc d’écolier », avec cette 'association contribue à cette mission. La jeune association créée en novembre 2012 à l’initiative de salariés de BNP-Paribas a pour but de financer une école dans le Yunnan,  « la Yunnan Dixi Charity School » ou Banc d’écolier  a réussi à se faire héberger dans les locaux de BNP Paribas Investment Partner, 14, rue Bergère, dans le 9ème Arrondissement à Paris, ce qui est déjà un succès en soi !

Cinq personnes s'investissant bénévolement en y apportant leurs talents. La valeur de base de l’association est le droit d’apprendre.
 

« Bancs d’écoliers » ne perçoit pas de cotisations d’adhérents fixes. Son mode de financement  repose sur l'organisation de conférences ouvertes à tous et gratuites.données par des spécialistes du secteur financier, destinées à faire connaître la finance à un large public, et de présenter les métiers de la finance. http://www.bancdecolier.org/

La soirée se termina par une rapide introduction de l’école des langues de Pékin, qui a formé 4 des 5 derniers ambassadeurs de Chine en France et un mot de remerciement de Jean Christophe VAUTRIN aux intervenants et à ceux qui font vivre le club Chine.














Partager ce site

Veillemag : Agenda : 10 octobre 2018, le CNRS organisera la première rencontre avec ses start-up Avec plus de 1 400 entreprises… https://t.co/CW58M90p0e
Jeudi 26 Juillet - 18:01
Veillemag : "Macron à la recherche d'un modus vivendi sur le cyber" "Selon nos informations, la rencontre entre Vladimir Poutin… https://t.co/6n25M37wHo
Mercredi 25 Juillet - 09:41
Veillemag : Mentions Legales https://t.co/zegW90ULVS
Samedi 21 Juillet - 12:21
Veillemag : High School. La Newsletter by Veillemag. Actus • Nominations • Innovations & Creations • Juillet 2018 Les résul… https://t.co/Zp6W5pmFmM
Vendredi 20 Juillet - 19:07