www.veillemag.com
Communication & Influence

Lancement de "Web 2.0 15 ans déjà et après ? 7 pistes pour réenchanter Internet !" L'interview


David Commarmond


La crise du Covid-19 a fortement perturbé le secteur de l'édition, reportant de plusieurs mois la sortie des livres. Peu en ont échappé et la sortie du livre " Web 2.0 15 ans déjà et après ? 7 pistes pour réenchanter Internet !, porté par les Editions Kawa n'a pas échappé à la tourmente du Covid. Oeuvre collective, 57 experts du Web ont participé à la co-construction de ce livre au profit de deux associations, Emmaüs Connect et Start-up for kids.
A la tête de cet ambitieux projet Fadhila Brahimi, Présidente FB-Associés, auteure et speaker experte en stratégie de marques et David Fayon, consultant numérique, directeur de projets Innovation et auteur. Ils ont eu l'amabilité de répondre à nos questions.



La révolution économique

  1. Que reste-t-il des utopies et des acteurs des années 2000-2010 ? Mark Zuckerberg, Jeff Bezos demeurent d'actualité, mais combien d'autres ont disparu ? Que sont-ils devenus ?
En effet, nous avons assisté à une émergence d’oligopoles essentiellement américains qui dominent le monde numérique, les 5 plus connus du grand public étant les GAFAM (Google Apple Facebook Amazon Microsoft). Elles figurent – à l’exception de Facebook – parmi les 5 plus grosses capitalisations boursières mondiales. Sur ces 5 acteurs, seul Facebook a été créé dans les années 2000 (2004) aux prémisses de la révolution du Web 2.0. Google, créé en 1998 a vraiment décollé en 2006, année du rachat de YouTube.

Parallèlement, beaucoup d’entreprises ont disparu ou parmi les pionniers du Web 2.0 se sont fait racheter (par exemple Flickr pour les photos par Yahoo avant d’être lui-même acquis par l’opérateur de télécoms Verizon). L’utopie qui reste et qui est très présente dans la Silicon Valley reste la volonté de changer le monde avec des sociétés créées qui résolvent des problèmes.

Tout problème est une opportunité de créer un business. Les bébés GAFAM ont éclos dans les années 2000 (sauf Netflix en 1997) avec les NATU (Netflix Airbnb Tesla Uber) sur ce modèle : pénurie de logements lors d’une conférence ou de taxis qui ont valu les créations respectivement de Airbnb et Uber. En outre le Web 2.0 a vu une accélération des usages possibles avec la démocratisation de l’iPhone lancé par Apple en 2007 et qui a permis la seconde naissance de l’entreprise de Cupertino avec à sa tête Steve Jobs. Néanmoins l’utopie d’un réseau décentralisé avec un principe d’égal à égal en bout de chaîne à l’origine d’Internet n’est plus. Les géants d’Internet ont recentralisé le pouvoir. Cette nouvelle utopie est peut-être recréable avec la blockchain.
 
  1. L'Europe n'a pas, n'a plus de géants technologiques, depuis 30 ans, avons-nous encore la capacité d'en faire naître, ou sommes-nous condamnés à rester des nains numériques, technologiques, dépendants des GAFAM ou des BATHX ?
 
C’est un fait. Pour autant, l’Europe a des acteurs majeurs parmi les opérateurs historiques des télécoms comme Orange, Deutsche Telecom, Telefónica qui se repositionnent dans le numérique pour continuer à peser. Mais aussi quelques acteurs comme SAP en Allemagne, Spotify en Suède mais relativement peu de licornes comparativement aux États-Unis et à la Chine, les maîtres du combat numérique mondial. De surcroît, les entreprises créées en Europe ont du mal à lever des fonds, passer à l’échelle et pensent plus marché local que mondial avec un time to market très long. La rapidité d’exécution est la marque des États-Unis et de l’Empire du milieu contrairement à l’Europe où l’on tergiverse trop, évalue un problème sous tous les angles avant d’agir avec des contraintes réglementaires et administratives fortes.

Or pendant le confinement, nous avons assisté à une plus grande prise de conscience de notre extrême dépendance aux GAFAM (avec des outils pour les visioconférences et le travail à distance américains comme Microsoft Teams ou Zoom). Et la notion de souveraineté numérique s’est développée auprès du grand public. Ce sont des aspects que nous avions soulevé dans notre livre Web 2.0 15 ans déjà et après ? aux éditions Kawa. À noter que les droits d’auteurs seront entièrement reversés à deux associations œuvrant pour l’inclusion numérique : Emmaüs Connect et Start-up for kids.
 

 


Relation à l'information

  1. L'avenir du Web et de la culture sont-ils les vidéos et les photographies "pôtichats" et des autres amis de l'homme ?
Dans les chapitres 6 et 9 du livre Web 2.0 15 ans déjà et après ?, on traite de la révolution culturelle et de la relation à l’information. Il y une culture propre au Web - largement généralisée par le boom du smartphone - qui s’est développée depuis les émoticônes au selfie en passant par les avatars, du #hashtag jusqu’aux mèmes.

D'ailleurs, pour la communication du livre, nous avons repris le chat Grumpy. Ce clin d’œil est un hommage à l'esprit subversif et la culture du mème né sur 4Chan. On le retrouve aussi dans le générique des productions de lives entamés en cette rentrée les jeudis midi et aussi sur le blog qui prolonge le site https://www.reenchanter-internet.com.

Globalement, nous sommes dans une culture de l'image et de la vidéo, du snack content et de nouvelles formes d'écriture, accentuée par la 3G puis la 4G. Et peut-être la 5G, sauf si la frugalité numérique - liée à la conscience écologique - devient une tendance. Mais l’avenir du Web et de la culture ne peuvent être résumés à ces seuls aspects. Nous allons plus loin dans le livre.
 
  1. N'avons-nous pas été naïfs en pensant que seules la connaissance et la bienveillance seraient les deux moteurs du Web ?
Au départ, la promesse était de rendre accessible toute la connaissance du monde via le réseau des réseaux Internet qui permettait de mettre en relation tous les cerveaux du monde et de concrétiser le « village planétaire mondial » selon l’expression du sociologue canadien Marshall McLuhan. Le principe d’égal à égal du réseau permettait à tout acteur en bout de chaîne de développer des services. Cela a permis l’éclosion des moteurs de recherche, de l’encyclopédie collaborative Wikipédia, etc. Pour autant, la constitution d’oligopoles avec les GAFAM dont le slogan de Google « don’t be evil » pour se donner bonne conscience en apparence n’est que de dominer le monde et même de défier les États.

La connaissance n’est plus bienveillante dans la mesure où les algorithmes comme celui de la recommandation guide les internautes par rapport à des impératifs économiques de consommation et non de connaissance.

Nous ne savons pas si c’est de la réelle naïveté mais plus une dérive des oligopoles qui se sont constitués en étouffant toute concurrence et en rachetant les start-up innovantes. Pour autant, la bienveillance et les règles de savoir-vivre existent sur Internet au-delà de la netiquette.

Ainsi Beer Bergman du collectif parle d’hospitalité numérique. Et nous, 56 (la 57e personne étant notre préfacière, la pionnière de l’espace européen, Claudie Haigneré) voulons #RéEnchanterInternet !

Questions générales

  1. Peut-on dire que l'épisode covid que nous vivons est un test grandeur nature pour nos institutions dans leur capacité à intégrer la dimension du numérique ?
Effectivement, la crise de la covid s’est illustrée par la force des choses et le confinement par une virtualisation accélérée du monde. Tout ce qui se faisait soit dans le monde physique soit dans le monde numérique n’a pour de nombreux services été possible que dans ce dernier monde. Pour autant, les deux sont complémentaires et peuvent s’interpénétrer comme décrits dans les chapitres 12 et 13 sur les relations entre les mondes virtuels et réels. Au pied du mur, les institutions que ce soient les services de l’État y compris le monde médical (pour les téléconsultations et la télémédecine) ou les entreprises ont eu recours à des solutions palliatives comme le télétravail avec de nouveaux codes à instaurer. Cela s’est fait par essais et erreurs comme on apprend en marchant avec aussi une prise de conscience que nous avions plus que jamais besoin des femmes et des hommes pour ne pas vivre dans un monde aseptisé.
 
  1. Est-ce un accélérateur du changement ?
Comme dit dans la question précédente, les institutions et les entreprises n’ont pas eu le choix soit pour survivre soit pour minimiser la casse sociale. Le plus dur est vraisemblablement devant nous côté s’agissant des difficultés économiques et des faillites. Et pour faire face aux contraintes imposées par la crise sanitaire, les organisations ont dû faire preuve de créativité et surtout recourir massivement au numérique avec une conduite du changement sur le tas avec la formation aux nouveaux outils comme Zoom. Le changement a été fait dans des délais très courts. Nous aurons un avant et un après Covid. En ce sens, comprendre ce qui a été changé et apporté pour le meilleur et pour le pire par le Web 2.0, ses usages et ses outils est structurant pour vivre en tant qu’honnête femme/homme dans la société numérique de 2020. Notre livre témoignage et propositions à travers nos 7 pistes de réenchantement s’inscrit dans cette logique de prise de conscience pour agir sereinement dans un monde numérique.
 
  1. Le confinement vous donne-t-il des idées ? Quel est votre prochain rendez-vous ?
Ne pouvant pour l’heure avoir des événements physiques du fait du confinement, Fadhila Brahimi, co-coordinatrice du livre et rédactrice, a eu l’idée de lancer les webinaires en live avec une équipe com dédiée (https://www.reenchanter-internet.com/equipe-projet-reenchanter-internet/).

Il s’agit d’un cycle de débats réalisés en direct avec des membres du collectif des 57 pionniers du Web 2.0 francophone. L'objectif est d'explorer des pistes pour (re-)penser un web plus optimiste, plus inclusif et plus respectueux de nos droits humains fondamentaux !

Nous (@fayon, @Fbrahimi) vous donnons rendez-vous jeudi prochain à 12 h précises.

Et ces webinaires de 30 minutes sont également disponibles sur la chaîne YouTube créée pour l’occasion :
https://www.youtube.com/c/ReEnchanterInternet/



 

 



Dernier Replay

Lancement de "Web 2.0 15 ans déjà et après ? 7 pistes pour réenchanter Internet !" L'interview

Au sommaire

  • Pourquoi la question de la souveraineté numérique est-elle si importante ?
  • Quelles sont les raisons de notre incapacité à (ré)agir ?
  • Reste-t-il des leviers non exploités qui nous permettraient de sortir par le haut ?
Rejoindre et Participer au Live sur notre chaîne Youtube « RéEnchanter Internet »  à 12h précises
En présence des contributeurs du livre « WEB 2.0 15 ans déjà et après ? 7 pistes pour réenchanter Internet ! »
  • Jérôme Bondu,  fondateur et directeur du cabinet de conseil : Inter-Ligere.fr spécialisé en intelligence économique.  Responsable du Club IES. Conférencier IHEDN et expert APM
  • Fabrice Epelboin, Conférencier, startupper, enseignant à Sciences Po Paris, hacktiviste et spécialiste de la politique du numérique et de l’impact du numérique sur la politique et les mouvements sociaux.
  • Anthony Poncier, Docteur en histoire sociale et politique, expert en transformation digital, fondateur du Top 500 Bars


Editions Kawa :
 
Fadhila Brahimi  
David Fayon :