veillemag

Le magazine des professionnels de l'information stratégique.







Gouvernance

Le Pacte numérique lance le débat politique sur l'indépendance et la sécurité internet de la France


David Commarmond




Le Pacte numérique pour l’Indépendance et la Sécurité Internet en France va dépasser les 10.000 signataires du fait de la forte mobilisation du réseau INNOOO en France et dans les pays francophones.
 
Les réponses de MM. Fillon, Mélenchon et de Me Le Pen, candidats à l'élection présidentielle donnent de la  profondeur au débat politique, dans une campagne plus que houleuse et pleine de surprises. Elles ont été publiées aujourd’hui (ici). Les réponses de MM. Hamon et Macron étant encore attendues.
 
Luc Rubiello Président d'INNOOO précise que dans un contexte mondial troublé : "Un tel succès du Pacte numérique est une heureuse surprise et une bonne nouvelle pour la France : il amorce la prise de conscience politique de tous les Français mais aussi des Francophones des dangers réels que nous font courir les Etats-Unis à l’heure où Monsieur Trump réarme et développe massivement son outil de renseignement civil et militaire (America first) sous le commandement du général McMaster suite au départ précipité du général Flynn."

Quelques Commentaires :
Si Edward Snowden dans son dernier twitt se veut philosophe : "Abandonner une société libre par peur du terrorisme est le seul moyen de se laisser vaincre par celui-ci". Le grand public n'est pas en reste, conscient du problème, mais avec ses mots, les commentaires sur l'impérieuse nécessité de mettre un peu d'ordre dans le cyberespace.
 
Le grand public exprime son inquiétude comme le démontre le succès du pacte numérique d'innooo. Ils se manifeste par des attitudes hostiles, de la colère, à la fatalité, les comportements sont divers, certains se prennent en charge, ou considère que les individus ont l'obligation de se maîtriser et résister au sirènes des GAFA, "On doit laisser le  choix à l’utilisateur final" estime Bernadette. Soury de Malakoff plus pessimiste estime que "Ça va être difficile tellement nous sommes "traçables soulignant ainsi que les GAFA détiennent maintenant près de dix ans de données personnelles pour certaines. Plus militant, plus rageur, Sandrine pense qu'il faut "conserver le droit à l indépendance et à la préservation de nos libertés, posant ainsi des questions fondamentales sur les libertés publiques numériques.
 
L'ennemi est cependant insaisissable, tellement il est protéiforme, sur nos mobiles, il nous suis, grâce à des algorithmes apprenant, il s’affranchit de nous et anticipe nos besoins grâce à l’historique de nos applications, sites et déplacement, quand nous livrons pas nous même avec nos usages notre vie privée, difficile dans  ces conditions d'identifier le coupable idéal. Les publicités entrent  souvent dans le viseur du mécontement, suivi par les comportements agressifs de certains utilisateurs et l’orchestration volontaires de conflits inutiles.