www.veillemag.com
www.veillemag.com





veillemag

Veillemag & Security-Day • Informer • Former • Collaborer





Conseil

Le monde du conseil en intelligence économique en plein bouleversement "Intelligence économique : le leader européen ADIT est en vente "


Revue de presse.




Le fonds de Serge Weinberg, président du conseil de Sanofi, a mandaté Lazard pour céder le groupe de renseignement économique et sûreté. Le secteur est en pleine effervescence avec la cession de Risk & Co.

Branle-bas de combat dans l'intelligence économique et le conseil en sécurité du CAC 40.
 

Branle-bas de combat dans l'intelligence économique et le conseil en sécurité du CAC 40. Selon nos informations, Serge Weinberg vient de donner le coup d'envoi à la cession du leader européen du secteur, l'ADIT. Son fonds, Weinberg Capital a mandaté la banque d'affaires Lazard pour vendre ses 66 %, aux côtés de Bpifrance (43 %) et de l'Etat. Depuis juin, ce dernier détient une action de préférence lui donnant des droits particuliers en vue d'un changement d'actionnaire, après le transfert de ses titres à la banque publique.
Source : Les Echos

Lire également sur le Portail de l'IE
 
Le fonds d’investissement Weinberg Capital, propriétaire à 66% de l’ADIT, leader de l’Intelligence économique française, aurait annoncé avoir mandaté la banque Lazard pour la mise en vente de ses parts.

Une surprise de taille. Alors que l’ADIT avait racheté l’entreprise de sécurité GEOS il y a moins de trois mois, communiquant notamment sur sa volonté de concurrencer les géants anglo-saxons de l’Intelligence économique, personne ne semblait en mesure de prévoir un tel retournement de situation.

Le fonds de Serge Weinberg, président du conseil du groupe pharmaceutique Sanofi et fondateur de Weinberg Capital, aurait mandaté la banque d’affaires Lazard pour la vente de ses parts. Une vente stratégique, qui devrait être suivie de près par l’État, propriétaire avec Bpi France des 34% de parts restantes. Depuis juin 2018, l’Etat français possède également une action de préférence de l’ADIT, qui lui confère un droit particulier en cas d’évolution du capital.

Selon Les Échos, 120 millions d’euros devront être mis sur la table par l’éventuel repreneur. Le journal français cite également Amarante, autre leader français de l’accompagnement en zones à risques, comme potentiel candidat à l’achat."





Partager ce site









Spécial Abonnés