www.veillemag.com
Kiosque

Rapport mondial sur la corruption 2009


Jacqueline Sala


Le secteur privé joue un rôle essentiel dans la lutte contre la corruption au niveau mondial.


Le Rapport mondial sur la corruption 2009 de Transparency International documente de manière particulièrement détaillée les nombreux risques de corruption auxquels sont confrontées les entreprises, allant des petits entrepreneurs en Afrique subsaharienne aux multinationales d'Europe et d'Amérique du Nord



Rapport mondial sur la corruption 2009

Plus de 75 experts examinent l'échelle, l'étendue et les conséquences dévastatrices d'un grand nombre de sujets liés à la corruption, y compris les pots-de-vin et la captation du pouvoir politique par des intérêts particuliers, la fraude d'entreprise, les cartels, la corruption dans les chaînes d'approvisionnement et dans les transactions transnationales, les défis émergents pour les marchés de crédit carbone, les fonds souverains et les nouveaux centres économiques tels que le Brésil, la Chine et l'Inde.

Pour en savoir plus

Le Rapport mondial sur la corruption 2009 examine également les outils les plus prometteurs pour combattre la corruption dans les entreprises, identifie les domaines à réformer de façon urgente et donne un aperçu de la façon dont les entreprises, les gouvernements, les investisseurs, les consommateurs et autres parties prenantes peuvent contribuer à améliorer l'intégrité des entreprises et à faire face aux défis que la corruption pose à une croissance économique et à un développement durables.


Durant de nombreuses années, le RMC a contribué de façon inestimable à l'analyse des standards du monde de l'entreprise et des usages en vigueur dans le secteur public ainsi qu'à l'estimation des coûts de la corruption. L'édition 2009 s'appuie sur cette tradition et va même au-delà de manière ambitieuse, mettant en relief les zones où les entreprises peuvent améliorer leurs performances et renforcer leur propre protection contre la corruption.

Le RMC mérite une audience très large auprès du secteur public comme privé, dans les pays développés comme en développement. Il n'existe pas d'obstacle plus grand à un développement équilibré et socialement bénéfique que les actes de corruption dans le monde de l'entreprise, et TI est en première ligne de la lutte contre ces pratiques.


Sir Howard Davies, directeur de la London School of Economics et ancien président du Financial Services Authority.