www.veillemag.com
SECURITY-DAY

Trois questions à Claude Tarlet, président de la Fédération française de la sécurité privée "Il faut rendre l’offre de sécurité beaucoup plus sophistiquée intégrant de l’intelligence, des technologies et des ressources humaines "


Thierry Marchand et Cynthia Glock


Contexte sécuritaire dégradé, multiplication et diversification des risques et menaces : les métiers de la sécurité privée sont de plus en plus sollicités. Or les récentes évolutions économiques généralistes (notamment Loi Sapin 2, RGPD…) s’avèrent contraignantes pour ce secteur très spécifique majoritairement constitué de PME. Le gouvernement travaille sur une nouvelle édition du Livre blanc de la sécurité intérieure, qui fournira de nouvelles orientations sur le rôle de la sécurité privée auprès des services publics.

Inscrivez-vous dès maintenant au webinar du 18 juin conçu et animé par Thierry Marchand. Claude Tarlet sera entouré de Catherine Piana et Christophe Aubertin.




  • Le constat
Du fait notamment de la généralisation de l’usage de nouvelles technologies, le recrutement devient plus exigeant. Cela implique d’identifier des profils plus qualifiés. Or le domaine reste peu valorisé donc peu attractif (comme l’illustre par exemple le traitement médiatique de la crise du COVID-19, qui occulte totalement l’engagement des agents de sécurité, pourtant en première ligne dans divers secteurs).  
  • Le témoignage
Président de la Fédération française de la sécurité privée (FFSP), Claude Tarlet œuvre depuis de nombreuses années à fédérer les divers métiers de la profession, mais aussi à la faire reconnaître et développer. Membre du comité de programme et invité spécial de la première édition des matinales de Security-Day, Claude Tarlet fait le point, pour Veille Mag, sur les grands enjeux en cours, entre évolutions réglementaires et problématiques RH.  
  • Selon vous, quelles contraintes majeures freinent actuellement le secteur ? Comment agir pour qu’elles ne deviennent pas bloquantes ? Quelles évolutions normatives et réglementaires seraient souhaitables pour que la profession se développe ?
La sécurité privée a longtemps été abordée avec de la prudence, voire avec de la crainte, par l’État. Les lois successives ont surtout visé à encadrer les activités privées de sécurité, pour offrir des garanties de moralité et de professionnalisme. Mais dans le même temps, la sécurité privée a su montrer qu’elle était toujours au niveau quand des missions sensibles lui étaient confiées, dans l’aéroportuaire, dans la protection physique de personnes, dans les grands événements ou encore dans le transport de valeurs.

Lire la suite sur www.security-day.com

Participez au webinar du 18 juin

https://app.livestorm.co/veille-magazine/securite-privee-face-au-defi-du-covid-19-transformer-les-contraintes-en-opportunites